Pensez à vous inscrire à notre newsletter pour rester en contact !

vendredi 24 novembre 2017

Aborder le père Noël - quand "laisser croire" n'est pas "faire croire"

En devenant Maman je me questionne sur ce que j’aimerais transmettre à ma fille.
J’aime  beaucoup la Magie de Noël que je retrouve dans le calendrier de l’avent, la musique, les illuminations, les biscuits sablés, les chocolats, les histoires au coin du feu, les décorations de la maison, les bougies, les odeurs de jacinthes de Noel, d’orange, de pomme, de cannelle…et le père Noël et ses cadeaux.


Pour moi, Noël a son sens en étant une fête de partage, d’espoir,  de plaisir et que les cadeaux sont dans un second plan.
a href='httpsfr.freepik.comvecteurs-librefond-heureux-pere-noel-rennes_1364399.htm'Designed by Freepika

J'ai mes propres souvenirs d’enfance avec le père Noël, je me souviens :

  • d’une photo où avec mes cousins/cousine nous chantions « Petit Papa Noël » pendant que le père Noël déposait les cadeaux chez ma grand-mère dans la pièce à côté.
  • des biscuits, verre de lait et carottes que nous laissions le 24 au soir devant la cheminée
  • Des photos où on me voit hurler dans les bras du  père Noel ;-)
  • d’une nuit où je suis descendue pour essayer de voir le père Noel mais il était déjà passé… et avait déposé un énorme paquet : ma maison de poupée
  •  de mes interrogations à mes parents et de ma tristesse quand j’ai compris que non çà n’existait pas.

Oui le père Noël est un beau conte et une figure incontestable de Noël.
Les enfants vont le rencontrer à l’école, au marché de Noël, dans les paroles de notre entourage.

Alors en tant que parents nous nous sommes posé la question et nous sommes en accord sur notre position, ce qui est important pour nous c’est de :

transmettre la magie du conte mais de ne pas explicitement devoir mentir,
laisser l’idée faire son chemin sans l’encourager.
Etre un parent accompagnateur, transmettre sans imposer, la subtilité se situe dans le "laisser croire" et non "faire croire".


Aujourd’hui, elle a 3 ans :

  • Nous lirons des contes du père Noël
  • Si nous le rencontrons et que notre fille veut aller le voir, nous irons mais nous ne provoquerons pas la rencontre, nous la proposerons.
  • Nous faisons confiance à son imagination, aujourd’hui elle n’a pas besoin de nous  pour créer et faire vivre des amis imaginaires, il y va de même pour le Père Noël, nous ne renforcerons pas son existence par des ancrages dans la réalité.
  • Nous utiliserons des subtilités de langage : Je ne dirais pas « C’est le père Noël qui t’a apporté des cadeaux », je dirais « Regarde sous le sapin… » et elle fera le lien elle-même
  • Nous ne l’utiliserons pas comme moyen de pression « Si tu n’es pas sage, tu n’auras pas de cadeaux… »


Et un jour, elle se posera des questions...


  • Nous utiliserons  d'abord « la botte secrète »

Dans Kaamelott, la botte secrète de Perceval consiste à répondre « c’est pas faux » quand il ne comprends pas la question ;-)
Avec les enfants la botte secrète consiste à renvoyer la question "Et toi, qu'en penses-tu?"
Cela permet d'écouter leur imaginaire et de leur laisser chercher la réponse eux mêmes.

Et puis le plus important :on s’adaptera au fur et à mesure qu’elle grandit.



Peut être qu'elle adorera la figure du Père Noël et nous ferons des files d'attente interminables pour faire des photos avec le Père Noël et inventerons des rituels magiques.
Peut être qu'elle en aura peur ou ne s'y intéressera pas plus que çà.
Elle prendra ce qu'elle a envie de prendre.


J'ai bien conscience de ressembler à une maman Grinch avec mon sapin en palettes, mes décorations en carton, mes cadeaux faits maison, mes suggestions de menu moins gargantuesques.
La magie de Noël trouve aussi son sens quand les personnes autour de table, bien que toutes différentes, se réunissent et passent un moment agréable en s'acceptant telles qu'elles sont.
Un peu naïf mais sous ce Grinch se trouve simplement une maman qui a envie de proposer un monde meilleur à son enfant.


BONUS :
Je voulais partager une belle histoire de Père Noël, je l'aime bien car cette histoire place le père Noël au milieu de personnages imaginaires (elfes, fées, trolls...), le plus important dans l'histoire c'est de faire un vœu et pas de recevoir un cadeau, il existe plusieurs père Noël vêtus de différentes manières selon les endroits du monde (C'est mon côté anti marketing Coca Cola ! )



Ce livret est une sacrée surprise car c'est un album édité par un groupe pharmaceutique en 2002, je propose quelques pages si vous souhaitez en avoir plus, n'hésitez pas à me les demander !


 










Pour aller plus loin :


Sur comment aborder le père Noël :



Sur les origines du père Noël :










jeudi 20 juillet 2017

Le défi de l'alimentation

çà commence aujourd'hui !




Les États généraux de l’alimentation visent à questionner les filières :
  • permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes
  • accompagner la transformation des modèles de production afin de répondre davantage aux attentes et aux besoins des consommateurs
  • promouvoir les choix de consommation privilégiant une alimentation saine, sûre et durable
Les citoyens seront appelés à contribuer via une grande consultation publique permettant d’enrichir la réflexion.
Elle sera ouverte le 20 juillet et s’achèvera à la fin du mois d’octobre.

RDV sur :


Vous ne vous sentez pas concerné ?
Je vous invite à lire le livre d'Erwann Menthéour :


Vous êtes pressés ? une courte vidéo par ici :
http://positivr.fr/erwann-mentheour-et-si-on-arretait-empoisonner-nos-enfants-livre/


Quelques articles si le sujet vous intéresse :


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les principaux chantiers des états généraux :
(Source  :http://agriculture.gouv.fr/pourquoi-des-etats-generaux-de-lalimentation)

1er chantier : la création et la répartition de la valeur – de fin août à fin septembre

Comment créer plus de valeur ?

  • Atelier 1: Mieux répondre aux attentes des consommateurs en termes de qualités nutritionnelles et environnementales, d'ancrage territorial, de bien être animal et d'innovations
  • Atelier 2: Développer les initiatives locales et créer des synergies
  • Atelier 3: Développer la bio-économie et l’économie circulaire
  • Atelier 4: Conquérir de nouvelles parts de marchés sur les marchés européens et internationaux et faire rayonner l’excellence du modèle alimentaire et le patrimoine alimentaire français en France et à l'international

Comment mieux répartir la valeur ?

  • Atelier 5: Rendre les prix d’achat des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs
  • Atelier 6: Adapter la production agricole aux besoins des différents marchés et aux besoins des transformateurs
  • Atelier 7: Améliorer les relations commerciales et contractuelles entre les producteurs, les transformateurs et les distributeurs

2e chantier : une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous – de début octobre à fin novembre

  • Atelier 8: Assurer la sécurité sanitaire de l’alimentation française dans une économie agroalimentaire mondialisée et dans un contexte de changement climatique tout en prévenant les contaminations chimiques
  • Atelier 9: Faciliter l'adoption par tous d'une alimentation favorable à la santé
  • Atelier 10: Lutter contre le gaspillage alimentaire
  • Atelier 11: Réussir la transition écologique et solidaire de notre agriculture en promouvant une alimentation durable
  • Atelier 12: Lutter contre l'insécurité alimentaire, s'assurer que chacun puisse avoir accès à une alimentation suffisante et de qualité en France et dans le monde
  • Atelier 13:  Renforcer l’attractivité des métiers de l’agriculture et des filières alimentaires et développer la formation

Atelier transversal – de fin août à fin novembre

Atelier 14 "Préparer l’avenir" : quels investissements, quel accompagnement technique, quelle recherche pour une plus grande performance environnementale, sanitaire, sociale et économique ?

lundi 17 juillet 2017

Le Printemps de l'éducation


Le Printemps de l’éducation est un mouvement citoyen qui met la question éducative au cœur de l’inévitable transformation sociétale en marche.
Sa mission est de contribuer à faire émerger et se développer un paysage de la diversité éducative centré sur le bien-être global des enfants afin d’en faciliter l’accès pour tous.
Pour cela, il rassemble, encourage et accompagne les acteurs du renouveau éducatif qui portent la vision d’une éducation joyeuse et bienveillante, créatrice et engageante, respectant les potentialités et rythmes propres à chaque enfant, la diversité sociale et la complexité de la nature afin de permettre à chacun de vivre et de s’exprimer pleinement, librement, harmonieusement et avec responsabilité dans le monde.

Le lien vers le comité Lillois : Comité Lillois




mardi 11 juillet 2017

Semainier DIY - se repérer dans le temps


Moi : "On va voir telle personne ce week end, tu es contente?"
Ma fille : "Ah oui, c'est après le dodo?.."
Moi : "Euh, c'est dans 4 jours"
Ma fille : C'est après manger?.."
Moi : ...


Tout se compte en dodo et en manger !
Sauf que dans 4 jours çà fait 8 dodos et 16 repas, çà devient compliqué à expliquer !
Alors l'idée de créer un semainier pour se repérer dans le temps est devenue indispensable.
Cela va lui permettre de lui donner des repères et d'intégrer les routines journalières.


Installée depuis quelques jours, c'est un succès !
C'est un jeu et un plaisir d'avoir les étiquettes avec les portraits des membres de la famille et des activités. Elle s'en sert également pour se créer ses propres histoires.



J'ai donc cherché plusieurs modèles et voici celui que j'ai réalisé :
  • Les jours de Lundi à Dimanche avec la notion Aujourd'hui/Demain/Hier
  • Les routines : celle du matin et celle du soir
  • Des images de nos activités : petit clin d'œil aux groupe zéro déchet ! car j'ai la distinction course au magasin / au marché / au magasin vrac ...
  • Des images des personnes de notre entourage pour les reconnaître facilement
Le modèle réalisé est très simple :
  • Du carton pour le fond
  • Des rouleaux de masting tape (scotch coloré)
  • Les images sont plastifiées grâce à une plastifieuse
  • De la pâte à fixer


Et voilà le résultat :




Quelques étiquettes :

Routine :



Pour aller plus loin :


mardi 27 juin 2017

Projet : un camion locavore en Artois !

Angélique a le projet d'ouvrir un camion locavore qui propose des plats à consommer de suite ou à emporter.
Du sain, du frais et de saison !
Une cuisine qui a l'envie de régaler les personnes avec de bons produits issus des producteurs de la région.

Le second volet du projet aura pour vocation de former et d'insérer de jeunes handicapés.

Voici le secteur concerné :





Afin d'aider Angélique dans son projet, merci de répondre à ce court questionnaire afin de pouvoir cerner au mieux les besoins sur le secteur :





Vous l'avez compris c'est  un projet qui nous tient à cœur car il mêle développement de la consommation locale et insertion professionnelle.
Nous remercions Angélique de s'investir dans un si beau projet et lui  souhaitons de pouvoir le concrétiser rapidement !



lundi 26 juin 2017

Se disputer avec son conjoint - quand on est maman !


Dans le nouveau rôle de parents, on se rend compte que notre point de vue sur la relation à l’autre évolue.

Avant la naissance de ma fille, je n’étais pas attentive à la résolution de conflit, j’exprimais librement à mon compagnon mes ressentis dans la spontanéité quitte à parfois hausser le ton et à sortir des noms d’oiseaux !


Ajouter une légende




La difficulté est que la vie avec les enfants implique d’avoir un public lors des scènes de ménages et aussi une résonance avec notre propre histoire.
Si bien qu’aujourd’hui, je ne sais plus quelle posture adopter lors des disputes avec mon mari !...



Le poids de notre propre histoire…
Devenir maman fait parfois ressurgir de vieux souvenirs enfouis de notre enfance, des bons et aussi des mauvais. Mes parents se sont déchirés durant mon enfance,  le souvenir de ces querelles est un poids à porter et de fait, je n’ai pas envie de reproduire ce schéma avec ma fille.
A mon papa et à ma maman, pas de panique! inutile de retourner dans le passé et/ou de vous sentir coupable, c'est un constat fait avec mes yeux d'enfant ;-)
Le côté un peu négatif est que je constate que j'ai tendance à fuir le conflit à la maison pour l'éviter.

 

Les enfants sont des éponges émotionnelles…
Ils ressentent cette tension et devinent nos émotions, ils entendent nos mots, s’effraient de nos gestes brusques, les enfants aspirent à la paix et se sentent désemparés.
Et ce n'est pas facile de voir 2 grands yeux interrogatifs me dire : "Papa est en colère???"

 
Le couple et l'arrivée d'un bébé : une relation à réinventer...
Les repères changent, de nouvelles responsabilités à gérer et de nouveaux rôles à jouer.
Je n'avais pas mesurer à quel point cela pouvait nous déstabiliser, ajouter à cela un peu de fatigue, des envies de reconversion professionnelle, un budget serré... et vous avez la recette d'une crise assurée.
Bref, c'est un sujet encore un peu tabou mais je pense que beaucoup de jeunes parents, dépassés par le poids du quotidien, ont un jour regardé leur conjoint(e) en se disant "on ne partage plus rien" /"cette fois ci c'est trop, je ne peux plus le supporter, je vais le quitter" mais sont toujours là !
Chacun doit trouver sa place dans cette nouvelle vie et ce chiffre effrayant qui annonce que 20 à 25% des couples se séparent la première année de l'arrivée de bébé (Source : http://www.lexpress.fr/styles/enfant/baby-clash)
Quelques témoignages que j'aime au sujet de la crise :


L’apprentissage par l’exemple?…

Dans tous les couples et familles qui s’aiment, il y a parfois des moments de tensions.
Le conflit avec autrui est inévitable, et si nos disputes pouvaient servir d'exemple :
Quelles clefs devons-nous donner à nos enfants  pour leur permettre de trouver des solutions lorsqu'ils seront confrontés à un conflit ?


Comme beaucoup de couples, nous nous disputons pour l’éducation des enfants,  la gestion de l’argent, les tâches ménagères … en fait bien souvent, ce n’est pas les sujets qui manquent ;-)
J’ai remarqué que la plupart du temps, chez nous, les déclencheurs sont :

  • La goutte d’eau qui fait déborder le vase :
« La charge mentale » ,magnifiquement illustrée par la dessinatrice Emma, qui nous donne l’impression de tout devoir gérer par nous-même et de manquer de soutien : https://emmaclit.com/2017/05/09/repartition-des-taches-hommes-femmes/



  • Le manque de communication : nous vivons notre rôle d'éducateur de façon différente : quand il voit de la sécurité, je vois un manque de possibilité d'autonomie.









  • Les frustrations ou colères mal gérées



Au final, si les prétextes sont nombreux, les manifestations et la gestion de la colère sont différents: certains vont exploser : crier, jeter des objets, taper du poing sur la table... d'autres se renfermer : bouder, partir ... mais la plupart du temps on cherche à donner la responsabilité à l'autre et à faire des reproches.

 

Comment réagir quand cet élan de colère qui vient des tripes, cette tempête émotionnelle, nous oppresse ?

 

  • En étant vigilant : en étant connecté à ses propres émotions sans se laisser déborder
  • En apprenant à formuler nos demandes avant de faire des critiques et revendications

Quelques pistes qui s’appliquent à la fois aux conflits parentaux que parents – enfants :


La communication non violente :

1.Observation : « Je vois que
2.Sentiment : « J’ai l’impression que
3.Besoin
4.Demande


L'illustration de l''article de Ensemble Naturellement : écoutez vos besoins est affichée à la maison :


 

L’écoute active

Thomas GORDON et la résolution de conflit sans perdant : écoute active et "message je"


L’écoute active : consiste à écouter l’autre avec attention, en accueillant vraiment ce qu’il dit, mais aussi ce qu’il ressent.
Et cela sans chercher immédiatement à donner une solution.


(Par exemple, vous rentrez du boulot après une journée de M****:
Vous n'avez qu'une envie déballer vos aventures et trouver une oreille compatissante.
Au lieu de çà votre moitié vous dit :
"Ah bon c'est le poteau qui a sauté sur la voiture!
Et tu n'as qu'à lui dire "non" à ton patron au lieu de te laisser embêter avec les dossiers des autres!
De toute façon, fallait pas t'embêter à courir plusieurs boulangerie pour trouver du pain moi je vais manger autre chose"  Non, non, non !
Au lieu de çà, j'ai plutôt besoin d'une attention :
"Ah oui quelle journée ! Tu dois être crevée, tu veux que je prépare un thé?" aurait suffit.


Le "message je" pour éviter "le message tu inquisiteur" : exemple  "Je suis fatigué" au lieu de "Tu es insupportable"

 

Quelques autres pistes :


Si la charge émotionnelle est trop forte :
  • reporter la discussion en privée dans une atmosphère de respect
  • se trouver du temps pour soi, décompresser - Aller boire des mojitos avec les copines ! ;-)


Respectez votre partenaire, la rancune ou l’amertume nous appartienne, l’enfant n’a pas prendre parti pour son papa ou sa maman

Expliquer que même si on s’aime très fort, on peut parfois être en désaccord.


Mais même avec cette belle liste de course glanée au fil de mes lectures, je reste convaincue qu'il n'y a pas de recettes miracles, que chaque couple n'échappera pas à ses phases de crises et doit trouver ses propres solutions.



Pour aller plus loin :





 La dispute en chansons :



"Tes yeux qui jettent des "Je suis à bout"
Des "je ne te supporte plus un point c'est tout "
Tes yeux qui noircissent quand je fais de l'humour
Tes yeux qui m'aplatissent, Oh comme je t'aime mon amour
Et pourtant, et pourtant, tu es si belle parfois
Quand ta bouche ne se tord pas pour me maudire à haute voi
x"



"Sur mon coussin comme un dessin comme une tâche
C’est ton mascara qui déteint quand on se fâche
Pour un café un peu mal fait,une bricole
Quand on se bat moi je voudrais qu’on en rigole

Et ce dessin d'ici demain, après l'orage,

sera témoin que l'on sait bien tourner la page

Si moi aimer toi, blesser moi..."
N'hésitez pas à nous contacter et à partager vos idées !